En continuant, ou en cliquant sur la croix, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus
J'accepte
Close

Derniers Posts

Et si finalement le monoï était le remède à la pollution qui gangrène la planète ? Le monde est en plein danger de...
Après plusieurs années de recherches, le secret de la beauté des Polynésiennes, la douceur de leur peau et la...
Découvrez un article de l’univers du monoï et plus spécialement sur la marque référence du monoi. Vous retrouverez...
Les amoureux des belles femmes aiment aller en vacances à Tahiti pour admirer la beauté des femmes tahitiennes qu’on...
Sur la route du Monoï voici une étape atypique qui raconte l’histoire de cette huile mythique. C’est dans la vallée...
Le monoï de Tahiti est connu pour ses nombreuses propriétés et ses bienfaits. C’est à lui d’ailleurs qu’on attribue...

Quel est l'usage traditionnel polynésien du monoï ?

Posté le: 09/05/2019 | Catégories: Quels usages pour le Monoï ?
Quel est l'usage traditionnel polynésien du monoï ?

Bien plus qu’une simple huile, le monoï est chargé de traditions ancestrales. Il porte en son sein des légendes, des histoires d’amour et bien sûr, beaucoup de douceur et de savoir-faire. Voici comment les Polynésiens utilisent le monoï.

L’utilisation du monoï en Polynésie

C’est essentiellement pour le massage que les Polynésiens ont recours aux bienfaits du monoï. En effet, le Taurumi (massage en tahitien) est un art dans l’archipel du Pacifique. Alors qu’elle était autrefois réservée à la noblesse, l’huile de monoï s’est rapidement déclinée sous plusieurs formes pour l’utilisation de tous.

Il faut dire que la coutume voulait que le nouveau-né soit enduit de monoï par sa maman dès ses premiers jours. Cela permettait de créer un lien fort entre la mère et l’enfant, mais servait également à le protéger du froid, le tout en l’apaisant et en chassant le mauvais œil. Le bébé avait donc droit à un massage spécial régulier, en plus d’un soin de peau remarquable. En effet, d’après la légende, Tané, fils d’Atéa ressemblait à une méduse dès sa naissance. Afin de lui redonner une apparence digne de ce nom, le dieu Ta’aroa l’a massé avec ce que la nature pouvait lui donner de meilleur. Et il se trouve qu’il s’agissait du monoï… Grâce à ces massages magiques, Tané a pu retrouver une apparence et une peau des plus parfaites.

Il n’y a pas que les enfants qui ont le plaisir de se faire masser. Cette coutume fait partie de la vie polynésienne. Elle symbolise le rapport entre l’Homme et la nature, un lien fort et vital. Le massage tahitien est d’ailleurs unique au monde. Il utilise les mains, les avant-bras et les coudes pour détendre les muscles endoloris ou délier des courbatures.

Enfin, le monoï est également utilisé comme soin protecteur pour la peau et les cheveux des Tahitiens. Attention toutefois, ils ne l’utilisent jamais pour s’exposer au soleil. En effet, l’huile est dépourvue de protection contre les UVA et UVB.

Comment les Polynésiens utilisent-ils le monoï et pour quelles raisons ?

Comme évoqué précédemment, le monoï a une connotation très forte dans le quotidien des Polynésiens. Toutefois, son utilisation diffère de ce que l’on connaît ici. Il est un véritable couteau suisse en termes de cosmétique.

En tant qu’huile protectrice, le monoï va protéger la peau des agressions du soleil, du vent et du sable. Il s’agit d’une huile qui pénètre parfaitement sur une peau encore humide et qui va la protéger tout au long de la journée en lui procurant toute l’hydratation naturelle dont elle a besoin. Cela est dû au filme hydrophobe qu’il dépose sur l’épiderme. Les Polynésiens l’appliquent quotidiennement.

Pour les cheveux, le monoï est très apprécié des Tahitiennes. En effet, il va assurer leur protection en formant un film autour de chacune des fibres capillaires. Gainant, il va redonner vigueur et douceur aux cheveux, en plus d’apporter une légère et agréable odeur. Les femmes tahitiennes laissent poser le monoï toute la nuit sur leurs cheveux, avant de les rincer et laver le matin.

Les plongeurs et pêcheurs polynésiens ont pour habitude de s’enduire le corps de monoï avant d’aller à la pêche ou pour la plongée. En effet, le film hydrophobe leur permet d’être plus résistants face au vent et surtout au froid !

Close